22/09/2010

2.2. Applications

      Partout dans le monde, en Chine avec le chinois, en Tanzanie avec le swahili, avec le 'bahasa indonesia' en Indonésie, le tok pisin en Papua-Nouvelle Guinée, etc., des efforts très importants de planification linguistique, dont l'unification, sont soutenus par le pouvoir politique en place pour faire face aux problèmes de communication, d' éducation et d' administration et pour éveiller une identité culturelle propre à ces nations notamment face à d'autres langues venues de l'étranger qui risquaient de constituer une menace pour l'intégrité culturelle des populations autochtones.  (Hamers, Blanc, 232-236)  Au cours des derniers siècles, des langues européennes furent normalisées suivant une des 3 méthodes précitées.  Ainsi, une des plus vieilles réussites en matière de normalisation linguistique est sans conteste la confection de la Bible d' Etat ou Statenbijbel de 1618 à 1637 pour laquelle des traducteurs de toutes les parties des anciens Pays-Bas collaborèrent démocratiquement à la recherche de la forme la plus commune à tous les locuteurs néerlandophones de l'époque. Plus tard, Monaco verra de la même façon le monégasque standardisé en vue de l'enseigner dans les écoles. En 1993, suivant une autre méthode, le Batua deviendra la langue unifiée basque dès 1968, en se basant sur le dialecte guipuzcoan, utilisé par le plus grand nombre.  Le théologien Venceslas Hammershaimb, lui, forgea seul une langue écrite unifiée pour le féroïen au 19e siècle en prenant bien soin de ne retenir que les formes les plus distinctes du danois qui menaçait cette langue. (Baur,s.p.,s.d.; Kremnitz,1991,10-22; Magocsi,1991,187-194; Kattenbusch,1989,164-172)  Enfin, d'autres langues comme la langue tzigane et le 'rusyn', langue slave transfrontalière  parlée notamment en Vojvodine et en Slovaquie, sont en voie de normalisation.             

 

      Qu' en est-il du wallon?  Il faut distinguer la forme du sens de chaque mot. Il faut tout d' abord combattre l'idée tenace que toutes les formes wallonnes sont sacrées et que l' on ne peut pas y toucher ...  Certes, toutes ces formes ont une dignité égale mais cela n' empêche pas que l' une d' entre elles est généralement plus utilisée que les autres ou recèle plus de potentialité de régularisation.  Et que, donc, il est loisible de procéder à un choix. (Levêque, 1981, 13-14)  Un mot possède un sens et une forme et la forme est le support du sens, elle le véhicule.  Pour rendre le wallon davantage véhiculaire, pour véhiculer toutes les significations que supporte cette forme, il faut donc normaliser la forme. 

 

     Quand on parle de richesse du wallon, il s'agit bien de la richesse sémantique du wallon.  Comme toute langue, la spécificité du wallon réside dans la vision du monde qui nous entoure et on ne peut y toucher au risque de la détruire.  En d'autres termes, c'est le sens des mots qui témoigne de notre vision de la réalité, du génie des Wallons et il n'est dès lors pas question d'appauvrir le wallon par la suppression de définitions lexicales locales, ni même des mots de même sens mais de forme trop différente (en l'occurrence, 2 synonymes).

 

Ex.

gârlot: = grelot (ouest-wallon)

          = grelot, larynx (centre-wallon).

grochi: = grossir (est-wallon)

          = grossir, prospérer (ouest-wallon); etc.

 Les sens de larynx / prospérer ne seront pas supprimés.

 

one miète: = on pô: un peu.

canada = crompîre = pètote = etc.: pomme de terre;

etc.

  Tous les mots sont conservés.

 

   

NORMALISATION

FORME des mots

SENS des mots

   maximale   

 minimale

 

 

     En guise de conclusion, la normalisation du wallon renforcera sa fonction sociale en tant que langue de communication à côté du français en Wallonie et la mentalité, la fierté des Wallons comme membres d' une même communauté.  Elle permettra enfin d'envisager une amélioration de la production culturelle wallonne avec un public plus large et surtout la promotion de son enseignement.  Beaucoup d'obstacles seront surmontés pour atteindre un bilinguisme et un biculturalisme généralisés, pour prétendre à faire du wallon une langue officiellement nationale. 

 

 

13:24 Écrit par justitia & veritas | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.