22/09/2010

(suite)

Les voyelles pures

 

A

/α/

a

canada, marlatcha, pas, bas

 

/a:/

â

diâle, gâz

 

/ :/

å

(est-wallon) clå, tåte, ploråde (comme en danois: Aarhus)

E

/  /

eu

meur, comeune, deur, seur, seu

 

/φ/

nèveû, aveûle

 

/ε/

è

sudjèt, procès, cafè

 

/ε:/

ê

infêr, tofêr, wêde

 

 

(centre-wallon) laîd, maîsse, vraî

(entre é et ê): quand le mot français correspondant présente 'ai',

ce digramme correspond à un phonème distinct de é et de ê : par exemple, paîre (paire) et pére (père), taîre (taire) et  têre (terre):

cette graphie ne peut être bien sûr utilisée si le son est é /e/: dans ce cas dans éle (pour  aile) et clér (pour clair) suivant la prononciation.

 

/e/

é

fé, té, fré, mér mais tchanter, vinez (quand /é/ sera suivi de 'r' ou 'z' muets)

 

/-/

e

la graphie e s' emploie par analogie et ne peut  jamais représenter un son: on-ome,... (voir plus loin la voyelle muette)

 

 

13:21 Écrit par justitia & veritas | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.